«La gestion des urgences reste un véritable problème de santé publique», a fait savoir le Pr Serigne Abdoul Bâ, cardiologue à l’hôpital Aristide Le Dantec. Occasion choisie pour débattre de ce problème lors des 18èmes journées médicales, pharmaceutiques, odontologiques et vétérinaires de Dakar qui démarre le 10 avril prochain et ce jusqu’au 13 courant. Pour le Pr Ba qui s’exprimait lors de la séance d’information avec la presse hier, jeudi 6 avril, à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar, les urgences au niveau des hôpitaux manquent de matériel et il se pose le problème de la couverture maladie universelle.

Pour le professeur Serigne Abdoul Aziz Ba, président du comité scientifique des 18èmes journées médicales, pharmaceutiques, ondontologiques et vétérinaires de Dakar qui se dérouleront du 10 au 13 avril à Dakar, «le malade devrait être pris en charge par le médecin en urgence avant de demander de payer la facture. Mais, ce n’est toujours pas le cas, car derrière ces actes quelqu’un doit payer. Les gens ne bénéficient pas de couverture maladie et il est temps qu’ils y pensent et commencent à s’inscrire dans les instances qui les permettront d’être pris en charge en cas d’urgence», a fait comprendre le Pr Ba qui s’exprimait hier, jeudi 6 avril, sur l’importance du thème central de ces journées à savoir, «la gestion des urgences».

Et de poursuivre : «ça fait mal pour le praticien de voir un patient en urgence et qu’on ne peut rien faire pour lui, parce qu’on a les mains liées. Des passerelles doivent être trouvées afin que tout le monde puisse en bénéficier». Et son confrère, le Pr Seydou Nourou Diop de renchérir : «les urgences restent le thème central de nos journées. Il ne s’agit pas seulement de décrier les urgences mais de proposer des solutions», a-t-il fait comprendre. La faculté de médecine, de pharmacie, de d’odontologie débattra aussi de sous thèmes comme la couverture maladie universelle, la réforme sur les (Lmd) et la sécurité alimentaire, sécurité sanitaire et zoonoses. Pour les organisateurs deux départements se sentent concernés pour lesdites journées dont le ministère de l’enseignement supérieur et de l’élevage.

Pour le Pr Serigne Abdoul Ba, ces journées gardent comme objectif premier, l’animation de l’espace universitaire, mais aussi de parler des problèmes de la faculté. Toutefois, le comité scientifique a renseigné que l’occasion sera aussi saisie par les praticiens pour exposer leur recherche afin de trouver des solutions dans le domaine de la prise en charge médicale.

Ces journées en dehors des étudiants, professeurs et praticiens sénégalais, les autres continents seront bien représentés pour des partages d’expériences. Ainsi pour cette 18ème édition, le président d’honneur sera le Pr Adrien Diop, un pur produit de l’université Cheikh Anta Diop qui a eu à diriger pendant 20 ans la clinique Chirurgical et qui fait partie des premiers internes des hôpitaux du Sénégal. A cet effet, un hommage sera rendu à ce grand homme basé au Congo et qui fut ministre de l’enseignement supérieur, ainsi que de la santé dans son pays. «Le Pr Diop connait très bien le Sénégal pour y avoir séjourné et fait tout son cursus de médecine à l’université Cheikh Anta Diop. C’est un homme qui pourra apporter son témoignage sur ces journées, car il assistera à la 1ère édition», a déclaré le Pr Ba.
sudonline.sn